Merci Maïa pour vos intuitions sur la manière dont nous “faisons” la monogamie

Je vous laisse ici une chronique du journal Le Monde très pertinente sur la manière dont d’une part, nous consommons aujourd’hui des relations “à haute fréquence”, une consommation “amplifiée par les plateformes numériques” comme dirait Dominique Boullier. Et de l’autre, nous NE concevons PAS actuellement la monogamie.

C’est une perspective différente qui alimente sans doute la réflexion mais pour aller plus loin dans le processus d’apprentissage il est pour moi essentiel de pouvoir réaliser une comparaison dans un champ des possibles. En restant avec un partenaire à vie, l’expertise pourrait demeurer limitée.

Il serait bien de savoir ce que les utilisateurs et utilisatrices d’OkCupid en pensent. Un type de relation récurrent sur cette application est “Non-monogamous”

Source: https://www.lemonde.fr/m-perso/article/2018/06/17/non-la-monogamie-n-est-pas-un-heritage-puritain-ennuyeux_5316445_4497916.html?xtmc=tinder&xtcr=1

Des amuse-bouches pour vous:

“Quand un amant estime qu’un rapport sexuel est plus facile à réussir qu’une conversation, ça commence mal”

“Nos désirs non monogames consistent à garder le même contenu sexuel en changeant les enveloppes : en fait, nous utilisons ces corps différents pour nous dispenser d’être sexuellement créatifs.”

“Ouvrir ses draps revient à se rendre vulnérable […] face à l’arbitraire des préférences de l’autre.”

—–

Et voici une carte d’un étudiant en “sexual informatics”, sans savoir ce que veut dire cela sa représentation des relations non-monogames a attiré mon attention !

Source: https://tacit.livejournal.com/333842.html by Franklin Veaux

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *