Thèse

[English below]

Les métriques de la rencontre en ligne. Une sociologie du matching algorithmique.

Avec leurs algorithmes, les sites de rencontres récupèrent des traces de navigation et des informations personnelles pour réaliser un matching (mise en relation) entre deux internautes et favoriser une rencontre dite pertinente.

Les données récoltées par les sites et les applications de rencontres peuvent être de type sociodémographique : âge, sexe, localisation. Mais majoritairement, elles sont de type subjectif : habitudes alimentaires, types de lecture, préférences sexuelles, traits de personnalité, etc. L’ensemble de ces informations est traduit en valeurs de mesure par un processus d’objectivisation qui permet de comparer l’attractivité d’un utilisateur et celle du partenaire potentiel dans une logique de calcul. Le monde de la rencontre en ligne est donc connu par des mesures quantifiables, c’est-à-dire des métriques, qui s’installent dans la société en tant que conventions.

Quels sont les enjeux sociaux qui découlent d’une rencontre opérée sur la base des algorithmes ? Et plus largement, quels effets provoque la conscientisation de la mesure des subjectivités sur les rapports sociaux ? Telle est la problématique qui motive les objectifs de cette recherche.

Ancré dans une approche pragmatique et dans l’étude des sciences et des techniques, ce projet vise à comprendre la manière dont la rencontre en ligne est en train de se construire par et avec les algorithmes au moyen des métriques. Il s’agira d’analyser l’objectivisation des subjectivités en élaborant des méthodes quantitatives de travail adaptées aux plateformes digitales et en faisant également recours aux méthodes qualitatives. L’intérêt ultime est d’éclairer, sous un nouveau jour, le modèle financier sur lequel ont été conçus les sites de rencontres au cours des dernières décennies.

Le projet se déroulera au sein du Digital Humanities Institute à l’EPFL. Dans une première phase de recherche, il s’agira d’analyser la création des métriques « en train de se faire » en observant les dynamiques de travail des ingénieurs-développeurs. En parallèle, une partie du travail sera consacrée à examiner les brevets des sites des rencontres. Dans une deuxième phase, l’étude des pratiques des usagers en ligne sera réalisée à l’aide de l’observation participante pour reconstituer les stratégies d’objectivisation des métriques. Une troisième phase conclura la recherche avec l’identification et la collecte des métriques proposées sur les sites de rencontres en Suisse.

Projet Doc.CH en sciences humaines et sociales (SHS), octroyé par le Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique (FNS)

[French above]

The metrics of online dating. A sociological study of matching algorithms.

With their algorithms, dating sites collect the navigation history and personal information to make the matching happen between two users, as appropriate as possible.

Metadata recovered from websites and mobile dating apps can be sociodemographic: age, gender, location. But mainly, they are subjective: nutritional habits, types of lecture, sexual preferences, personality traits, etc. The entire information is translated in values of measure through a process of objectivization. It allows to compare user’s attractiveness based on a calculation logic. The world of online dating is therefore known throughout quantifiable measures, that is metrics which could become conventions in society.

What are the social issues arising from an encounter operated by algorithms? And overall, what is the awareness of measuring subjectivities bringing out in social interactions? These are the central research concerns that this project intends to answer.

Guided by a pragmatic approach and Sciences and Technology Studies, this research seeks to understand the way in which online dating is being build up by and with algorithms using metrics. An analysis of the process of objectivizing subjectivities will take place with quantitative methods fitting digital platforms and also including qualitative methods. The ultimate purpose of this project is to elucidate, under a new perspective, the business model used by dating sites over past decades.

This doctoral research will take place in the Digital Humanities Institute at the heart of EPFL. One first phase will include analyzing the construction of metrics “in the making” through observations of the developers working dynamics. At the same time, a part of the work will focus on analyzing dating sites patents. A second phase is dedicated to study user’s online practices with participatory observation in order to retrace strategies of objectivizing metrics. At last, the research will conclude by identifying and collecting metrics offered on Swiss online dating sites and applications.

Project Doc.CH in the humanities and social sciences (HSS), granted by the Swiss National Science Foundation