Moi

— Doctorante à l'EDMT et au

Digital Humanities Institute à l'EPFL.

Lausanne, Suisse.

 

Pour réaliser ma thèse doctorale, je m’appuie sur une approche pragmatique et sur l’étude des sciences et des techniques, en complément des sciences de l’ingénieur. Je travaille comme assistante doctorale à l’École Doctorale Management of Technology et au Digital Humanities Institute à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne.

Les sites de rencontres en ligne constituent mon terrain de recherche. Je m’intéresse à la programmation des algorithmes qui réalisent une mise en relation (matching) entre les utilisateurs. Plus spécifiquement, j’investigue la construction des métriques -ou des valeurs de mesure- qui se répandent aujourd'hui sur les plateformes numériques et qui instaurent des conventions dans la société. Les utilisateurs autant que les ingénieurs développeurs sont des acteurs clés pour ma recherche. Je prends également en compte les données numériques et tout autre actant -humain ou non- impliqué dans mon terrain d’étude.

J’ai suivi un parcours pluridisciplinaire qui me permet d’observer les problématiques sociales sous différents angles :

En 2007, j’ai obtenu une Licence en Marketing au Venezuela, mon pays d’origine. Pendant plusieurs années, j’ai réalisé des projets sociaux visant le développement durable dans des communautés en situation de vie précaire.

En 2015, j’ai achevé un Master en Sociologie de la Communication et de la Culture en Suisse, à l’Université de Lausanne. J’ai également suivi une année préparatoire au préalable pour acquérir les bases théoriques et méthodologiques des sciences sociales. Durant ces études, je me suis particulièrement intéressée à l’analyse sociologique des techniques. Dans ce cadre, j’ai réalisé des travaux sur le contenu politique publié sur Twitter et l’image de soi construite sur Facebook. Mon travail de mémoire portait sur l’étude sociotechnique de l'application mobile Tinder.

Dès 2014, j’ai travaillé au sein d’une société de création d’applications on-cloud dans une start-up qui a débuté à l’Innovation Park de l’EPFL. Je gérais la conception, l’analyse technique et la mise en production des logiciels avec une équipe de développeurs. Je me focalisais sur la gestion de grandes bases de fichiers et de métadonnées (Data Asset Management) ainsi que sur l’interconnexion des systèmes d’informations.

Fin 2016, je me suis détachée du monde commercial pour me consacrer à ma carrière académique. C’est à la lumière des résultats de mon mémoire qu’est né en moi le désir d’entreprendre un doctorat. En février 2017, j'ai obtenu une bourse Doc.CH du Fonds National Suisse pour réaliser une thèse à l'EPFL sous la direction du MER Dominique Boullier et la co-direction du Prof. Dominique Vinck.

Voilà où j'en suis.