Venezuela

Des manifestations explosives au Venezuela

Sous le pouvoir du président Nicolás Maduro, le Venezuela traverse actuellement une crise humanitaire de préoccupation internationale.

Le peuple vénézuélien passe 35 heures par semaine à faire des queues; recherchant des médicaments, des produits alimentaires et d'hygiène. Mais non seulement la pénurie des produits de base est un problème, le pouvoir d’achat l’est aussi. Le salaire minimum d'un employé ne suffit pas pour couvrir l'inflation, prévue cette année à 2200% selon le Fonds monétaire international. En conséquence, l'ensemble de la population vit une situation précaire: la famine et la misère inondent toutes les régions du Venezuela. A cela s’ajoute l’insécurité et la criminalité. L'Observatoire de la violence vénézuélienne estime un taux de 91,8 morts violentes par cent mille habitants, ce qui rend le Venezuela le deuxième pays le plus violent dans le monde.

Alors que le peuple vénézuélien se bat tous les jours pour obtenir de la nourriture et se protéger contre la violence, le gouvernement a mis en place des nouveaux mécanismes pour rester au pouvoir. Le 29 Mars, la Cour suprême (TSJ) majoritairement pro gouvernement, a pris deux décisions arbitraires: la première décision accorde au président Nicolás Maduro le contrôle du pouvoir législatif, traditionnellement exercé par l'Assemblée nationale majoritairement d’opposition. Ainsi, le président de la République reçoit tous les pouvoirs exécutifs, judiciaires et législatifs du pays. La deuxième décision a été d'abolir l'immunité parlementaire, un privilège qui protège les députés contre les poursuites pénales.

Ces actions ont été rapidement annulées en raison de la forte pression nationale et internationale que Nicolás Maduro a reçue. Cependant, cela ne suffisait pas pour empêcher l'organisation de la population civile. Les vénézuéliens et vénézuéliennes sont descendu.e.s dans la rue pour manifester chaque jour contre le régime présidentiel qui se profile dictatorial. Malheureusement, depuis 4 mois et demi, ces manifestations pacifiques contre le gouvernement sont réprimées par les forces armées du pays, causant à ce jour 1300 emprisonnements de manifestants, 676 prisonniers politiques et 152 morts selon les médias.

Chaque jour le Venezuela vit la corruption, la violation des droits de l'homme, la répression de la part des militaires et des paramilitaires, la censure des médias et l'abus des pouvoirs exécutifs.

Jessica Pidoux